samedi 15 février 2014

"L'idée démocratique" et les « manifestants pacifiques» se révèlent au grand jour dans l'ouest de l'Ukraine .


"L'idée démocratique" et les « manifestants pacifiques» se révèlent au grand jour



Une session du parlement régional d'Ivano-Frankivsk a eu lieu le 3 Février dans la ville d'Ivano-Frankivsk, dans l'ouest de l'Ukraine. Les bâtiments de l'administration publique et le parlement régional ont été pris en charge par les néo-nazis pro-européens dans la capitale de la région, Ivano-Frankivsk .
un député du parti des régions forcé à sortir de la salle
Sous la pression du parti néo-nazi "Svoboda" un vote a été adopté pour la démission du chef de l'Administration d’État (le gouverneur) de la région d'Ivano-Frankivsk, Vasily Chudnov.
Avant cela, le député de "Svoboda", Vasily Popovich, a exigé que les députés du Parti des Régions quittent le parti ou quittent la salle de conférence. Après cette déclaration, des hommes masqués ont forcé les députés du Parti des Régions à quitter la salle. Ils ont également bloqué la porte de l'intérieur de la salle de conférence afin d'obtenir le résultat souhaité, la démission du gouverneur de la région.
salle fermée, gardiens de la porte
Aucun des députés restants ne pouvait quitter la salle de conférence. Donc, ils ont mis la pression sur tous les députés, et les députés du parti de Klitschko « Udar » et de Iatseniouk « Batkivshina » ont tous soutenu cette action illégitime.
De plus, ils ont montré les bulletins où ils ont voté pour la démission du gouverneur devant les journalistes qui en prenaient des photos. La conséquence est qu'aucun des députés n'a voté contre la destitution du gouverneur. Au minimum, ils avaient peur de devenir les otages des néo-nazis, au plus ils approuvaient.

Ainsi, les résultats du vote étaient digne d'une grande démocratie puisque, ont voté pour la démission 77, contre 0, se sont abstenus 2, et les 7 bulletins restants - invalide.
Après l'annonce des résultats du vote dans la salle d'audience les portes furent déverrouillées, les néo-nazis ayant obtenu ce qu'ils voulaient.
Sur cette photo vous pouvez voir le moment où des néo-nazis masqués forcent un grand nombre de députés du Parti des Régions à quitter la salle de conférence et sur la 2ème lorsqu'ils gardent la porte close.

Source, un journal local, vous pouvez y voir d'autres photos de cette session.
http://firtka.if.ua/?action=show&id=47012


Au cours des dernières semaines dans certaines villes de la région d'Ivano-Frankivsk, il y eut des bureaux du Parti des Régions (parti du président Janukovitch) qui ont été pillées et détruits. Les néo-nazis se sont déclarés les seuls représentants des intérêts du peuple de l'Ukraine. Ils ont interdit le Parti communiste et le Parti des régions dans la région d'Ivano-Frankivsk. Dans la ville de Kolomyya de cette région on a vu ces groupes d'assaut détruire le bureau du Parti des Régions et brûlant tous les documents de l'établissement.
Ce qui s'est passé au 26 Janvier, des ordinateurs sur lesquels ont été stockées les informations sur les membres du parti ont été confisqués. En outre, encore en cours d'attaques, ils étaient déjà en train de lire les noms des personnes au sein du Parti des régions figurant sur les listes du bureau. Si, le coup d’État en Ukraine réussit et que passent des marionnettes de l'UE et des États-Unis comme Klitchko, ces électeurs vont devenir des cibles comme cela s'est déjà produit en Libye et au Kosovo.

Vive la démocratie américaine et les manifestants pacifiques que l'on nous chante..
journal d'Ivano-frankivsk

Le journal local qui nous a fait se photo-reportage ne donne pas directement son avis sur le niveau démocratique de l'action ; sur les trois phrases s’intéressant aux illustrations, on note qu'il trouve « très intéressants » les faits et « très drôle » la scène concernant les élus du partis des régions (parti du président).

Je vous invite à regarder la page dudit journal ou la capture d'écran ci contre. Je crois que même en France un journal n'arrive pas à avoir une image de fond aussi « neutre ». Il est d'ailleurs peut-être pas « très drôle » mais tout de même « très intéressant » à notre tour de noter que parmi les publicités du journal, on trouve les très ukrainiens, Oxford medical ou Moris group. Ce dernier d'ailleurs est membre notamment de l'ukrainian bar association, elle même en lien étroit avec ses homologues américains ou avec la Grande Bretagne de par son président Denis Bugai. Président qui participait à la rencontre de « l'aspen-ukraine » de la fondation Pinchuk en octobre dernier.
Une bonne partie des membres de l'uba se retrouvent d'ailleurs à l'euromaidan comme ici ou celui-là qui fut aussi, quel hasard, au parlement européen des jeunes.

Quelques sponsor (non exhaustif) d'euromaidan
Ceux-ci sont proches de « Sila Liudei », organisation créée en 2013, la puissance du peuple, et qui prétend vouloir donner aux gens les clés du pays et virer les oligarques de la politique. Nous aurons peut-être l'occasion de voir comment se recrutent les gens de Sila Liudei, sachant que parmi les initiateurs se trouve Oleksander Solontay qui est également, encore un hasard de plus, l'un des représentants de l'ONG, institut of politic education aux sponsors (encore ? eh oui toujours) aux noms évocateurs, de l'ue en passant par la fondation adenauer, le groupe EEP du parlement européen, usaid, l'institut Robert Schuman, l'OSCE, les Pays-Bas, la NED ou le fond renaissance de l'open society du philanthrope interplanétaire Soros pour ne citer que les plus célèbres.


Bref encore une fois et en ne restant que superficiel, on s'aperçoit tout de suite que des institutions occidentales, ong ou non en complicité avec des oligarques, soutiennent un coup d'état, et régissent ce concert avec aux percussions des néo-nazis et aux violons une élite dite associative. Et ils appellent ça une révolution du peuple ukrainien.

Au passage, comment réagissent ces "héros modernes" quand des citoyens qui ne pensent pas comme eux leur disent ?

Facile, on confisque les pancartes, on les détruit, puis on tape sur ceux qui n'ont pas fuit assez vite. Ils ont vite appris les valeurs européennes qui peuvent se résumer à "si tu veux entrer dans l'UE tu as tous les droits, et si tu veux en sortir tu n'en as aucun". 
 

Gigi Houille


mercredi 12 février 2014

Kiev: Pourquoi BHL n'a pas vu de néo-nazi place Maidan ?


Pourquoi BHL n'a pas vu de néo-nazi à Kiev place Maidan ?


Pour bien comprendre l'enjeu de la visite de Bernard Henry Levy place Maidan, il faut d'abord éclaircir quelques idées et quelques liens afin de comprendre pourquoi les néonazis sur la place Maidan ne l'ont pas sifflé, ou pourquoi il n'en a pas vu. Cela permettra aussi de comprendre que sa présence n'a servi qu'à une et une seule chose, recadrer les médias occidentaux et notamment français dans le contexte d'une “révolution pacifique du peuple” et non de ligues plus ou moins violentes et d'essence nazi, ce que nos médias mainstream n'ont su dissimuler longtemps après les événements de la rue Grushevskogo et n'ont que trop traité depuis. Cette visite du BHL était cela, remettre les médias occidentaux dans le droit chemin au lieu du secteur droit.
On dira peut-être que c'est en émissaire officieux de l'Otan qu'il est venu, d'autant plus qu'une délégation est en ce moment à Lviv pour officiellement préparer des exercices cet été entre l'armée ukrainienne et des troupes de l'Otan. Cette option semble toutefois avoir peu de chances concrètes puisque l'armée à fait savoir récemment qu'elle était entièrement derrière un président légitimement élu.

Alors pourquoi ne s'est-il pas fait sifflé par les néo-nazis sur la place Maidan ? Nous aurait-on menti, et il n'y aurait pas de néo-nazi mais un vrai peuple révolutionnaire ? Pour en être sur il faut savoir de quoi est constituée cette foule de 70000 personnes. Qui sont-ils ?

Commençons par les ONG :
Daniliuk (2ème à droite) était d'abord à la tête d'une de 
l'une de ces ONG: All-Ukrainian Center for Business 
Support, se retrouvant à tout le meeting d'opposition, 
il a géré fin janvier la prise des ministères, pour ensuite
s’exiler en Angleterre ou il a la citoyenneté.
 
Nous savons que les ONG se sont multipliées en Ukraine depuis la chute de l'URSS et spécialement ces dernières années. Le site d'information ric.ua nous apprend qu'il existe en Ukraine 400 fonds ayant un status international dont plus de 350 organisations internationales dans le domaine de l'humanitaire. De plus selon les données du fond Fullbright, depuis 1992 les programmes de fondations occidentales ont été suivi par plus de 20000 activistes ukrainiens, le plus souvent boursiers, dans les organisations sociales et politiques. Rappelons qu'en 2011, les États-Unis ont multiplié par 2 le financement pour les ONG sur le territoire ukrainien. Cela s'est traduit par l'intensification des processus d'association des ONG dans des structures ramifiées sur la base d'un réseau unique. De ces ONG ont été enfanté nombre de mouvements qui sont très actifs, citons par exemple le mouvement social “nouveau citoyen” ou le micro parti “alliance démocratique”.
Ils envoient tous leurs membres place Maidan. Difficile d’estimer leur nombre mais on peut facilement penser à un quelque chose à 5 chiffres.

Les partis d'opposition :
Manifestation commune de l'opposition
 juin 2013. On voit bien l'Udar et 
 Batkivchina cotoyer Svoboda
.Svoboda peut varier de drapeau
selon l'occasion
Il faut compter dans la foule tous les encartés de l'improbable troïka (Udar, Batkivchina et Svoboda). Cette troika d'opposition ne s'est pas constituée sous l'influence d'euromaidan ou après le refus de signer les accords avec l'ue. Non cela fait des mois et des mois qu'ils font cause commune contre le gouvernement. (Ils sont bien plus que ces trois là d'ailleurs mais ce sont les trois plus gros). On pourrait trouver étrange ces mariages mais puisque prévaut l'intérêt commun des mécènes de ses partis, tout s'explique aisément une fois que l'on sait qui sont ces mécènes. Et donc chacun de ces partis appelle ses ouailles à venir sur la place Maidan le week-end pour faire de belles photos.

Il faut y ajouter la foule de la semaine parce que la semaine les gens vont travailler, et ne viennent que le week-end pour les actions médiatiques d'image en nombre.

Les troupes de « self-défense » :
Parubi au micro, député de l'opposition, 
représentant des troupes de self-défense
La semaine, on ne voit que des troupes de “self-défense” comme ils se nomment avec casque cagoule, batte, ou marteau ou hache, bouclier, ils prétendent d'ailleurs être 12000, on peut largement diviser au moins par 2 ce chiffre voire par 3. C'est le moyens trouvé par l'opposition pour garder des gens qui par exemple n'avait pas d'occupation comme sur la photo le fils d'un petit oligarque que nous reverrons bientôt ou des étudiants loin d'être vraiment guerrier. Il faut donc comprendre que depuis bientôt trois mois, il y a entre 3 et 5000 personnes en permanence sur la place, que l'on nourrit, chauffe, loge et divertit.


Les démunis :
Évidemment parmi ces milliers de personnes viennent aussi les démunis car ils ont de la nourriture gratuite. Voilà qui fait encore baisser le nombre de personnes présentent pour la liberté européenne de BHL ou pour la chute de Janukovitch dont rêve l'opposition.

alors qui sont-ils ?
En somme, imaginez-vous l'UMP, le FN et le FDG (pour l'importance des partis et non pour leur couleur politique, difficile à comparer avec l'Ukraine) appelant à aller sur les Champs Élysée le week-end pour faire tomber le gouvernement. Sachant qu'il y a parmi eux pas mal de casseurs ainsi que des sans abris, est-ce que de voir 70000 personnes, comme ont annoncé les médias, serait un succès ? Est-ce que cela pourrait légitimer une démission de Hollande ? A l'évidence non puisqu'avec 2 millions de citoyens dans les rues l'an dernier, il n'a fait semblant de rien. Et l'on a d'ailleurs pas entendu la « communauté internationale » appeler à la démission de Hollande ou à une révolution en France ! Donc là, on a 70000 personnes et c'est sensé être le peuple, une révolution, et avec les USA, l'UE, notre gouvernement et maintenant BHL qui soutiennent cela en demandant jusqu'à la démission de Janoukovitch. C'est GENIAL !

Drapeau européen, ukrainien et banderiste
sur un même mat mors du discours de BHL
Banderistes présent :
Maintenant voyons pourquoi les troupes d'extrême droite réputées fortement antisémites n'ont pas sifflé BHL et pourquoi BHL a au contraire voulu valider leur inexistence..alors qu'il n'a pu ne pas remarquer les drapeaux banderistes ou de svoboda lors de son discours sur scène notamment accrochés sur le même mat avec celui européen qu'il feint de tant chérir..
ou si vraiment c'est de l'ignorance il peut s'instruire par ici ou ici ou Tiagnibok à pris la 5ème place 2012 de l'antisémitisme. De Même vous n'avez qu'à taper le mot « maidan » sur un moteur de recherche accompagné d'un des suivant, neo-nazi, svoboda, pravi sektor, spilna prava, una-unso ou upa et vous verrez les images qui vont apparaître. Ou encore simplement cet article ou cette vidéo autour de 3m50 qui se passe dans le conseil régional de Rovno au main des "révolutionnaires".
Toutes ses troupes sont plus ou moins liées à Svoboda pour les plus nombreuses (mais on a assisté à des échauffourées entre des membres de Svoboda etd'autres groupes à Lvov par exemple ou même dans la maison de l'Ukraine, base du commandement des « manifestants pacifiques ».
C'est dire à quel point ils ne sont pas d'accord entre eux et difficilement maîtrisables. Mais ils savent très bien obéir lorsqu'il s'agit de marcher au pas pour épater les médias, impressionner le gouvernement et faire croire qu'ils sont des légions entières. Admirez cette démonstration de force :
 
Eugène Nouchik à droite sur la capture,
sur scène derrière BHL

Elle est gérée admirablement avec une bonne coordination entre mise en scène et instructions militaires. L’œil artistique de Eugène Nouchik avec une grande expérience dans la présentation de spectacle n'y est certainement pas pour rien. Sa présence journalière à l'euromaidan doit certainement lui rappeler la « révolution orange » ou déjà il occupait une place sur l'estrade. Mais revenons à l'essentiel, Svoboda, car depuis quelques temps déjà n'est plus diabolisé par le reste de l'opposition et tous collaborent ensemble.

Un des mécènes de Svoboda :

Il faut maintenant dire que ce n'est pas une première en Ukraine qu'une personnalité de confession juive comme l'est BHL minimise l'antisémitisme de Svoboda. C'est donc le moment de parler du plus grand milliardaire juif ukrainien comme l'appelle la presse dans cet article de 2010: « Le plus grand milliardaire ukrainien Igor Kolomoisky d'origine juive (6,5 milliard de dollars) et de nationalité également israélienne est le président de la communauté juive unie d'Ukraine et du Conseil des communautés juives en Europe.. » et occasionnellement l'inventeur du parlement juif européen selon Cukierman, sans que cela ne fasse l'unanimité au sein de la communauté.

Ainsi, Kolomoisky est un grand oligarque et possède une liste impressionnante d'affaires et notamment des médias ukrainiens ainsi que « globaux ». Depuis 2008 le politologue Taras Bezerovets dit que l'oligarque a sponsorisé Svoboda de façon « stable ». Et même chose de la part du leader communiste ukrainien Piotr Simonenko en mars 2009 au sujet des élections au conseil régional de Ternopil.
Puis ce Kolomoisky tient des propos en 2010 qui font grand bruit et notamment que Svoboda « n'est pas aussi extrémiste qu'on veut bien l'entendre ». Il prétend que plus Svoboda aura de vote et plus il ira vers le centre de l'échiquier politique. Andrei Liienko pour Svoboda, en décembre 2010, envoie un message de démenti sur la dé-radicalisation du parti, adressé à « Kolomoisky, et à tous les oligarques bienfaiteurs de Svoboda ».
Mais Kolomoiski n'est pas le seul à trouver dans Svoboda des utilités.C'est même en Israël, que l'on va en trouver comme le rapporte le site des juifs de Kiev. On y lit : La « maison de David », organisation sociale sioniste israélienne, cite facilement les mots d'Oleg Tiagnibok, quand il dit qu'il est prêt à prendre Israël en exemple pour la construction d'une Ukraine nationaliste.
Garik Mazor, un activiste de la maison de David dit : «  le parti national ukrainien Svoboda, contrairement à nos amis libéraux internationalistes apparaît comme un allié indéfectible d'Israël et soutient publiquement le sionisme ».
Il apprécie également la position de principe de Tiagnibok contre les ennemis d'Israël.
Notons tout de même que cette position, comme celle de Kolomoisky, ne fait pas l'unanimité au sein de la communauté juive.

Conclusion :

Voici donc quelques uns des amis de Svoboda qui peuvent expliquer la perte localisée d'acuité sensorielle à l'antisémitisme du philosophe français. Ayant mis trois jours pour écrire cet article. J'en arrive à la conclusion, qui était déjà dans l'introduction, et l'on m'a déjà fait savoir que le but recherché était atteint. Les journaux français ont déjà sciemment oublié que la majorité des groupes actifs sur la place Maidan sont violents d'idéologie néo-nazi clairement affichée. On peut aussi parier qu'aux prochaines images rapportées, ce seront les «néo-scouts » au foulard jaune autour du coup qui seront mis en avant, regardez plus haut comme ils sont braves et mignons ! Ceux là, au besoin, on pourrait même leur confier sa grand mère. En attendant les armes continuent d'affluer vers Kiev et la police en saisie de plus en plus fréquemment. Des néo nazi russes sont également arrivés! On leur donne une tribune ou il ne sont pas la bête méchante, alors ils auraient tort de s'en priver.. Et donc tout cet article se résume en une seule phrase : voilà notre presse nationale revenue au centre de la voie après une fugue inappropriée du côté de l'information un peu plus juste; elle a rebondit sur le garde-fou qui l'a empêchée de tomber dans le précipice de la vérité.


Gigi Houille

dimanche 9 février 2014

Ces héros d'euromaidan 4 Le pirate de l'air n'est pas un anonyme




Ces héros d'euromaidan 4:  Le "pirate de l'air" n'est pas un anonyme



On a entendu la nouvelle d'un détournement d'avion assez curieux dans la journée de vendredi. On savait pas trop ni le but concret du « pirate » de l'air ni ses commanditaires, ses objectifs. On nous dit simplement qu 'il voulait se rendre à Sotchi. Voulait-il retarder la cérémonie d'ouverture, ou l'annuler ? Selon les médias turcs, il aurait menacé de faire exploser une bombe si l'avion n'allait pas à Sotchi. Il aurait frapper à la porte du cockpit en disant « Allons à Sotchi ! ». A l’atterrissage le « pirate » pensait être réellement à Sotchi selon les même autorités.
Kozlov dans l'avion qu'il a "détourné"

On sait qu'il a été interpellé donc à Istanbul et qu'aucune bombe n'a été trouvée dans l'avion ou sur lui. On sait aussi maintenant qu'il s'agit de Artëm Kozlov comme les médias commencent à le dire. On a appris aussi que l'homme en question, fait l'objet de poursuite de la part des autorités ukrainiennes et du SBU pour tentative d'acte terroriste.

Bref tout cela, on le passe rapidement car trouvable dans nos médias. Ce que les médias ont oublié de dire, ou pas encore trouvé, ou pas trouvé intéressant à dire et pour cause, c'est ce qui suit :



L'homme en question que l'on nous présente comme un personnage quelconque et en plus en état d'ébriété a été en relation directe avec plusieurs membres politiques de l'opposition ukrainienne, et pas n'importe qui.
Kozlov à la maison des syndicats, à Kiev.
les euromaidanistes y font leurs conférences
de presse où les médias se précipitent.

Artëm est né en 1969, il a 44 ans et il est père de deux enfants. Il est diplômé en informatique de l'institut d'aviation de Kharkov. En 2012, il fut d'abord à la tête d'une section de district du parti politique «Фронт Змін», le « front du changement », qui est l'ancêtre de Batkivchina.
En 2013 il était spécialiste réseau en informatique, il a entre autre travaillé pour Ivan Varchenko, un député du peuple de la région de Kharkov, haut dirigeant du parti politique « Batkivchina », le fameux parti préféré de Victoria « fuck ue » Nuland, en tant qu'administrateur de son site.

Kozlov le "pirate" avec Klitchko la marionette
Kozlov devant un barricade de maidan
Parmi les documents retrouvés chez lui lors de la perquisition, il y avait aussi des formulaires de candidature pour le poste de dirigeant de bureau de vote pour le parti « UDAR ». On le voit donc aussi faisant le beau avec la marionette germano-americaine Klitchko, leader de l'Udar.

On a retrouvé aussi à son domicile du matériel de militantisme pour l'euromaidan. C'est donc tout à fait normalement en tant qu'activiste politique de l'opposition que notre « pirate de l'air » se retrouve actif à l'euromaidan avec une vie axée dans la politique pour les partis atlantistes. Pour finir, on nous dit qu'il avait aussi en sa possession la liste noire des propriétés du parti des régions du président Janukovich.
les milices "d'auto-défense" 
formées à l'euromaidan
Kozlov avec Lutsenko
Le voilà encore, en photo en date du 28 décembre dernier en compagnie de Yuri Lutsenko, l'ex ministre de l'intérieur de Timoshenko et fort soutien de l'euromaidan, ayant notamment appelé à cesser de vouloir négocier avec le gouvernement et à intégrer en masse les cohortes d'autodéfense que l'on a créée pour résister à la police.


Donc la version comme quoi, le personnage était quelconque est déjà compromise...quant à son état d'ébriété, vu le calme apparent dans l'avion, on peut se poser des questions. Mais surtout on voit qu'à la superposition de tous les éléments, l'histoire ne tient pas debout... et que le gars a largement la capacité intellectuelle et technique pour le savoir lui-même avant d'entamer son « périple ». De plus il savait aussi très bien ce qu'il risquait, c'est au bas mot 10 ans peut-être 20 ans, pour terrorisme international et détournement d'avion; voire faire détruire l'avion dans les airs donc la vie.

On peut penser que le personnage savait pertinemment que rien ne se passerait. En effet, on suppose le meilleur des cas, c'est-à-dire le cas ou l'équipage :
  • prend peur derrière la porte du cockpit pourtant fermé ou subit la pression du pirate utilisant de violence envers les passagers (ce qui ne fut pas le cas) et change de cap
  • ne fait pas son travail et n'informe pas du détournement les tours de contrôle malgré que le "pirate n'ait pas pris possession de la cabine de pilotage.
  • Et que les tours de contrôle, pourtant dans un état d'alerte hors norme pour l'ouverture des JO depuis l'attentat de Volgograd, ne voit pas qu'un avion est dérouté.
Alors seulement si ces trois conditions sont réunies, on pourra parier que l'avion se fera détruire dans les airs par l'aviation russe et donc n'empêchera en rien la cérémonie. Ainsi dans le scenario le plus avantageux, il reste 0 % de chance que les trois milliards de téléspectateurs voient la cérémonie interrompue et cela notre « pirate »  qui n'est pas le dernier des imbéciles ne peut l'ignorer.


 Kozlov avec les militants 
d'opposition à l'euromaidan
Alors la question reste posée! Pourquoi sachant que l'entreprise est vouée à l’échec se lancer dans se périple ? Est-il tant dédié à sa cause et sincère qu'il est prêt à passer 10 à 20 ans derrière les barreaux gratuitement, voire à y laisser sa peau ? Lui a-t-on promis une grosse somme d'argent, comme pour Daniliuk quand il a pris les ministères de la justice et de l'agriculture à Kiev ?
Un monsieur de 45 ans avec deux enfants ne va pas dans une opération suicide, qui plus est qui n'a aucune chance de fonctionner, pour rien. L'enquête nous apprendra certainement plus de choses, s'il a été rémunéré pour cela par exemple ou qui serait le commanditaire.
Mais on ne peut s'empêcher de remarquer, une fois de plus, qu'un activiste d'euromaidan, qui se fait remarquer pour des actions militantes, ne représente pas le peuple puisque, pour peu que cela soit reporté dans nos chers médias asservis au ministère de la vérité, c'est surtout et avant tout un militant d'opposition ayant également eu des responsabilités dans ces partis.


Gigi Houille

mardi 4 février 2014

Ces héros de l'euromaidan 3 : Révolte populaire ou médiatisation et personnages choisis ?



EuroMaidan :
Révolte populaire ou médiatisation et personnages choisis ?



On a déjà vu un premier article avec des "héros" hors norme de l'euromaidan deux jeunes à la formation militaire et va savoir pourquoi, non ukrainien, ils sont décédé par arme à feu dont nul ne sait l'origine pour le moment. Le troisième "héros" est lui toujours en activité et monte la garde aux instances régionales de Rovno. On peut en voir un court extrait ici. Et les héros manquent donc il faut en trouver pour sacraliser cette "révolution" lui donner une âme qu'elle peine à trouver. Ce qu'il ne manque pas en revenche, c'est le personnel militaire. Ce ne sont pas des héros à proprement parler mais ils sont partout et mérite au moins un paragraphe que voici.

I Du personnel militaire partout


On a préparé la chair fraiche depuis des années à être prête pour cela, les camps de l'otan, ou les entrainements d'organisation d'extrême droite comme Una-Unso. On a les gars pour les diriger comme Sachka le blanc ou Danyliuk; et ceux pour les coordonner comme les hommes en rouge. On a vu des instructeurs militaire (ici à 2m30) ou ici à 4m45 en rouge et instructeur) rue Grushevkogo. On a nos martyrs présentés par les médias comme de braves manifestants pacifistes et on voit également du personnel qui donne l'impression d'être extrêmement qualifié militairement dans les conférences de presse. Tous les médias s'y précipitent d'ailleurs pour écouter les témoignages des brutalités policières et les diffuser à longueur de journée. Cependant ils omettent sciemment de présenter les chiffres des blessés côté policiers (c'est-a-dire 300 blessés et 3 morts côtés police).
Notez lors de ces conférences de presse des victimes de brutalités policières, ces personnes qui ne sont surpris de rien et qui sont vraiment dans leur milieu en situation militaire. Ces personnes sont au minimum des mercenaires spécialisés mais pourraient même être sans que cela soit surprenant directement des troupes de l'otan. Voilà comment se passent les conférences de presse pour pleurer les blessures des « manifestants ». On a vu d'ailleurs l'ex ministre de la défense du gouvernement de Ioulia Timoshenko, Anatoly Gritsenko déclarer que les gens devaient prendre les armes pour se défendre contre les policiers. M. Gritsenko n'oublie pas ou il a été formé et joue bien le jeu de ses maîtres otaniens.
Mais pleurer ses bleus et occulter les 300 blessés et les 2 morts côté forces de l'ordre ne suffit pas. Il faut qu'une plus grande part de la population prenne fait et cause pour ceux-là mais on voit bien que les forces de l'ordre sont en mode défense et non attaque. Donc devant ce refus de soutien populaire il faut agir encore et encore, jouer sur les pulsions, appeler à la corde sensible du peuple pour que s'arrête l'idée de démocratie telle qu'on leur à enseigner et qu'ils pense ne matière de rendre justice, sans se rendre compte qu'on appelle à de la vengeance. On a décidé alors qu'il fallait discréditer l'image des forces de l'ordre car trop de personnes dans la population comptent sur eux pour rétablir l'ordre. Et c'est là qu'intervient notre prochain héros.



II Michael Gavryliuk ou Andrei Dubovik ?

Michaël Gavryliuk
Notre prochain "héros" n'en est pas un au sens stricte du terme puisque lui n'aurait pas voulu et n'aurait pas du être médiatisé. Il s'agit de Andrei Dubovik. Celui qui a été médiatisé c'est Michaël Gavryliuk, un gentil kozak toujours prêt à rendre service (sic) avec une petite vidéo chouettos, sympatoche du mec trop génial dans sa bonne humeur, le pôte idéal en somme.  Le voilà coupant du bois pour l'euromaidan.
Bref sort une vidéo ou des policiers humilient un manifestant en le prenant en photo complétement nu.
Capture de la vidéo de l'arrestation choquante
La vidéo fait de suite le tour des chaines... vous imaginez bien. Quelle honte, et ça s'appelle professionnel, il faut les juger, etc.. Le ministère de la justice annonce immédiatement qu'une enquête est ouverte. (Toujours en cours à ce jour et avec peu de progrès, on a même pas retrouvé la section en question !). Mais voilà un élément sur la photo a surpris certaines personne et ce fut le début de la démystification de l'affaire Gavriliuk.
Andrei Dubovik dans un émission TV
Cette personne, en uniforme de la police avec des épaulettes de lieutenant et un bonnet rayé sur la vidéo - ce quelqu'un, se nomme Andrei Dubovik. Avec, une fois de plus quand il s'agit d'une affaire de l'euromaidan, des caractéristiques très intéressantes dans son curriculum vitae mais cet homme n'est pas un policier. C'est un ancien des forces spéciales, qui a servi à plusieurs reprises au ministère de l'Intérieur, au renseignement militaire et pour à la sécurité intérieur. Il est actuellement l'une des figures importantes de la sécurité de «Batkivshchyna», le partie de Timoshenko. Il se réfère directement à Andrei Kozhemyakina. Dans ses temps libres en dehors des affaires du parti, Andrei participe par exemple à des tournages TV. On voit notamment une photo où Andrei  joue un expert médico-légal dans la très populaire émission "La bataille des médiums". 
Ses collègues ont reconnu que Andrei était un expert de judo en URSS. Il a fait son service militaire au département spécial du KGB, avec comme première spécialité - sniper. Ensuite, il a travaillé dans le renseignement criminel au ministère de l'Intérieur, d'où il a démissionné et puis il est revenu dans les forces spéciales de police "Faucon". La nouvelle étape de sa carrière d'officier est dans ce qu'on appelle «остров» - renseignement militaire, et il a terminé sa carrière en Major à la section «Alpha» des services Ukrainiens. Pour finir, comme tout le monde, il est parti aller travailler dans la sécurité privée. Au cours de sa carrière Dubovik a eu le temps de faire un voyage à l'étranger - quelques mois d'étude aux États-Unis. Maintenant Andrei Dubovik travaille également pour le bénéfice de «Батькивщины», le partie de Iatsenuk/Timoshenko. Et, apparemment, il travaille avec succès, en aidant à mettre en œuvre cette "opération spéciale", ou il a fait un travail de régisseur, cynique mais de qualité. Quoi qu'il en soit il n'est pas policier et le parti de Timoshenko ne peut nier ses relations professionnelles avec lui.
C'est déjà pas mal pour avoir d'énorme doute sur la vidéo sans compté qu'elle est très suspecte dans le bruit de fond par exemple, comme si elle avait été tourné tôt le matin lorsque tous dorment alors que son arrestation est en pleine agitation. Mais ce n'était pas tout il fallait tiré parti au maximum du travail réalisé et allait venir une conférence de presse. On y apprend que Gavryliuk, avec son grand coeur, n'en veut pas aux policiers, n'a aucune rancœur, il les aime (mais quel héros !!). On rajoute un gros plan pendant qu'il parle à 1m27 ce gros plan sur ces yeux et hématomes pour attendrir les téléspectateurs, la victime qui sait rester seigneur..Lui qui s'est pris des coups à n'en plus finir, qui mime comment il devait se protéger, on l'a pris à plusieurs, lui a écarté les bras pour le frapper au visage. C'est horrible ! Mais il ne leur en veut pas. 

Bon fini les conneries, voilà la vidéo qui démonte la conférence de presse et surtout qui prouve le maquillage de 2m20 à 3m20 pour ne parler que de cet aspect de la machination. Ce n'est malheureusement pas la première fois que cette ruse est utilisé, comme les faux morts en Syrie qui se relève par exemple. Je ne vais pas traduire tout cela mais aller simplement sur le gros plan des yeux et vous comprendrez rapidement. 
Pour contrecarrer toutes ses mauvaises langues.. non ce n'est pas vrai, car aucun média n'a relayé ni le cv de Dubovik, ni les bizarreries de la vidéo discriminatoire, ni celle de la conférence de presse, mais il fallait quand même effacer les doutes à qui en aurait (ah bon ? quelqu'un en aurait-il ? Et pourquoi ? ou quand l'empire se condamne par excès de zèle). et pour cela Tch à retrouver un des policiers. C'est une chaine assez impliquée pour vanter les louanges de l'euromaidan, pour la bonne raison qu'elle appartient à l'oligarque Kolomoiski. La justice n'y arrive pas, mais Tch oui. Ce policier, qui comprenez le bien, préfère gardez l'anonymat, qui a changé de pays parce qu'il ne pouvait plus rester ni dans sa profession, ni dans son pays après ça. Et voilà qu'une ombre nous raconte une version plutôt ennuyante ou l'on y apprend rien. 
On va laisser la dernière phrase de l'article au héros médiatisé Gavryliuk, qui est tirée d'une de ses interviews lorsque la journaliste lui demande : "vous avez laissé une femme et un enfant pour venir ici, qu'en pense-t-elle ?" et lui de répondre : "Qu'est-ce que sa femme peut dire à un kozak ? Il va là où les gens ont besoin de lui!"



III Sergey Ivanchenko, rien à voir avec euromaidan

Cette histoire sera rapide et veut juste mettre en lumière des liens étranges entre des partis d'opposition et une certaine maffia locale plus ou moins affutées. L'énergumène en question n'est pas un inconnu. Il avait lancé une grenade au pied d'une candidate socialiste en 1999. Dans la vidéo, repéré par une voiture de police, il s'en suit une course poursuite ou ses acolytes essaient de gêner celle-ci en lançant des bombes incendiaires sur la route. Voyant qu'ils perdent des munitions autant faire les choses bien.. "tiens un commissariat, arrêtons nous pour le faire brûler"... bref en tout ils réussissent à brûler 4 policiers et se font arrêter.. Les policiers vont avoir une surprise dans le coffre de la voiture. Ils retrouveront entre autre 80 autres bombes incendiaires, des masques, des feux d'artifices et des symboles de l'Udar auquel appartient Ivanchenko.
Dans le véhicule d'Ivanchenko
Et le meilleur n'est pas encore arrivé. Il s'agit d'un message envoyé de son téléphone à ses amis, les invitant à la manifestation pacifique de Dniepropetrovsk du 26 janvier (visible dans cette article au point IV) et où il y aurait 600 gryvnia à la clé (60€).
Voilà un "héros" réel de l'euromaidan, non fabriqué, un qui aurait du être médiatisé tant il est dans le circuit, tant il n'est pas un ovni issus de nul part. Mais non c'est un acte terroriste isolé sans aucun rapport avec euromaidan ont dit les médias...
On continue ?



IV Dmytro Bulatov

guérison miraculeuse ou gros mensonge ..
Lui vous le connaissez ! C'est le héros du moment, un des leader de Automaidan. Impossible que vous n'ayez pas vu cette photo ou il apparait avec la moitié du visage caché derrière du sang coagulé. Dans cette vidéo, on voit son t-shirt collant avec tellement de sang laissant imaginer le pire. Heureusement une photo va rapidement rassurer le téléspectateur...
Ici répondre au téléphone sur son horrible blessure, tiens ça commence... puis pour quelqu'un de crucifié c'est étrange mais,  non pas qu'on souhaite une chose pareil mais les blessures aux mains paraissent anodines et torse nu, il n'a rien du tout au ventre qu'on pensait ouvert de partout. Faut-il aussi parler de ses ongles manucurés au moment de sa réapparition... Ses kidnappeurs auraient_ils eu jusqu'à la bienséance de les lui couper ? Et puis, tant Poroshenko que Klitchko se sont précipités pour tirer parti de cette histoire, le premier s'inventant même médecin.
les 3 leaders d'automaidan avec leur modeste auto
Pour qui voulait faire un don à Automaidan
  On comprends mieux l'intérêt de l'Allemagne
 à lui offrir l'asile.
Il a disparu pendant une semaine pour réapparaitre comme ça. Il n'a même pas perdu un kilo, il semble même qu'il en ait pris. Il explique qu'on l'a kidnappé et torturé, même crucifié ! Par qui, il ne le sait pas. On l'aurait relâché dans la nature, on ne sait pas non plus pourquoi. Par contre il refuse de coopérer avec les policiers sur l'enquête et même de témoigner. Alors qu'il risque une peine de 8 à 15 ans de prison pour avoir organiser des blocages de casernes et de voies dans Kiev. L'Allemagne fait savoir immédiatement qu'elle lui accorde l'asile. D'abord on le laisse à domicile à cause de son état et finalement. Il semblerait que les médecins ukrainiens soient en effet peu performant, le patient ayant l'air dans un état moins vif qu'à son entré à l'hôpital. Il sera exfiltré en Lettonie (chez des amis des allemands). L'Allemagne ayant déjà déjà hébergé l'un de ses acolytes de Automaidan, Serguey Koba. Même Lalibre.be se pose des questions comme le fait remarquer Luc Michel.


Conclusion

Tant d'efforts déjà fourni, essayer de mettre le plus de chance possible de son côté et cette opinion publique qui ne veut toujours rien savoir, mais comment faire pour justifier une intervention ?
Ce n'est pourtant pas faute d'avoir presque tous les médias du côté de l'oligarchie atlantiste ! D'en avoir même fonder et financer récemment de nouveaux, croirait-on spécialement pour l'euromaidan comme on le verra dans un prochain article, et cette opinion qui  si elle bouge, c'est dans le mauvais sens. Les ukrainiens sont-ils insensibles à la télévision, ou à la propagande, quand on en appelle aux pulsions ? Ou alors peut-être que trop c'est trop ? Ou le professionnalisme des berkut est tout simplement hors norme, on a du en effet exploiter 100% des images de violence policière et même en inventer d'autres tant il n'y en avait peu. Puis on a du maquiller par deux fois au minimum des soit-disantes victimes et toujours rien de ces gens qui ne peuvent soutenir l'euromaidan !!
De son côté, Ianoukovitch a prouvé à tout le monde qu'il sait aussi la jouer fine, qu'il sait faire l'anguille, sans trop se montrer, laisser se discréditer une opposition sans réelle intention si ce n'est celle d'obéir aux ordres atlantistes, prêchant la démocratie mais allant à l'encontre d'une élection légitime.
Alors jusqu’où devront ou pourront aller ces agents de l'étranger avant que cela ne s'arrête dans un sens ou dans un autre ? C'est le camp atlantiste qui perd de son pouvoir avec le temps qui passe et non l'inverse; et c'est lui par la pression qu'il s'est mis, qui n'a plus le choix et qui va aller à la faute inexcusable. C'est lui qui va tout simplement se déliter en un grand rien car plus aucun moyen de ne perdre la face vis-à-vis du peuple d'Ukraine à moins que... à moins que Ianoukovitch nous réserve encore un coup de l'anguille.

Gigi Houille





lundi 3 février 2014

l'Ukraine au 3 février 2014

l'Ukraine au 3 février 2014:



L'Ukraine au 3 février 2014: plus ça avance, plus ça se discrédite et plus ça tente de chose...


spilna prava, cause comune
Daniliuk leader de spilna prava
Il est bien connu que si « vous voulez que ce soit bien fait, faites-le vous-même. » Il semble que ce dicton ait été appliqué par les diplomates américains travaillant en Ukraine. Il y a quelques jours, le ministère de l'Intérieur de l'Ukraine a exprimé sa gratitude à l'ambassadeur américain à Kiev, Jeffrey Payet (arrivé en Ukraine dans la seconde moitié de l'année dernière) parce que, grâce à ses efforts, il a réussi à libérer le bâtiment du ministère de la Justice capturé par les radicaux d'euromaidan. Dans les fait, le leader de l'opposition Vitali Klitschko s'était rendu au ministère auprès des occupants de Spіlna sprava, émanant de l'Open society [0]. Mais leur chef, Alexander Danyliuk lui a tourné le dos sans même l'écouter. Puis, après avoir reçu un appel de l'ambassadeur américain, Danyliuk a tranquillement et immédiatement quitté le bâtiment !
Svetlana Surodina

Ses efforts américains pour stabiliser la situation seraient très opportuns s'il n'y avait pas un mais ! Et pour en venir à ce mais, il faut commencer par raconter l'histoire de Danyliuk ou déjà de sa femme :
Sentant le vent tourner, Danyliuk envoie sa femme et son fils hors du pays. Le 28 janvier 2014, Svetlana Surodina quittait l'Ukraine dans un vol charter pour le Royaume Uni.
Comme l'a admis le contrôle des passeports, Surodina, l'enfant et le mari sont des citoyens de la Grande Bretagne. En Ukraine, selon Surodina, ils sont venus en tant que touristes. alors que Danyliuk a mené la capture des Bâtiments de Kiev. Voilà une vidéo faite lors des contrôles de passeport à l'aéroport Borispol pendant l'enregistrement des documents, postée sur youtube.[V]
La vidéo de l'employé montre que la femme de Danyliuk possède plusieurs documents dont un passeport Ukrainien(carte d'identité), un passeport de citoyen d'Ukraine et un passeport du Royaume Uni.
Après que l'agent des douanes lui a demandé quel passeport elle utilisera, Surodina répond qu'elle voyagera avec le passeport du Royaume Uni. Le douanier demande alors comment se faisait-il qu'elle se trouvait sur le territoire ukrainien. Ce à quoi elle répond vaguement qu'ils étaient en voyage familial.
En outre, à la question des employés de l'aéroport - qui est le père de l'enfant ? Surodina a déclaré - Danyliuk Alexander, un citoyen britannique.
On ne sait pas, pourquoi les douanes ont laissé Surodina sortir de l'Ukraine. Selon la loi actuelle, la double nationalité n'est pas autorisé en Ukraine. Très probablement, cette question devrait faire l'objet d'une enquête.


Daniliuk dirigeant les prises de bâtiments à Kiev
À ce stade, selon une source bien informée, membre des SBU, les organismes d'application de la loi de l'Ukraine ont constaté que Danyliuk a reçu de la part d'un diplomate de l'ambassade des États-Unis, Timothy Pergalski, 200000 dollars pour la prise réussie de bâtiments parmi les ministères de Kiev – le ministère de la Justice et le ministère de l'agriculture.   Pour le bâtiment du ministère de l'énérgie, Danyluk a eu peur de l'occuper.
Timothy Pergalski est le 2ème secrétaire du département politique de l'ambassade américaine en Ukraine, né le 14.02.1984, à Arlington (États-Unis). Il est venu travailler diplomatiquement à Kiev pour la préparation d'un scénario militaire afin de renverser le gouvernement légitime.

Comme révélé par le site «Народный корреспондент» qui a reçu des informations de la société de télécommunication Kyivstar et comme depuis établi parle SBU : le 27 Janvier 2014, à 9h16, Alexander Danyliuk, sur le téléphone 067-505-85-82 reçut le message suivant: "Bonjour,Alexander - merci encore pour la rencontre d'hier. J'ai entendu dire que quelqu'un de l'opposition a demandé que vous relâchiez le ministère de la Justice ? Ces rumeurs sont-elles vrai ? Vérifiez que le bâtiment a été bien protégé (Y a-t-il assez de barricades?) Je n'ai pas accès à ce téléphone dans mon bureau, mais je vais vérifier périodiquement. Oui, s'il vous plaît appelez gratuitement sur mon téléphone fixe (044-521-5238) (Ambassade des États-Unis). Merci. Tim."

Ainsi le SBU a découvert le circuit des flux de financements pour l'organisation des émeutes dans le centre de Kiev et dans d'autres villes ukrainiennes. L'enquête a révélé que les fonds provenaient de l'ambassade américaine à Kiev parla voie diplomatique. À son tour, l'ambassade des États-Unis passait de l'argent aux bureaux centraux de « Svoboda » et de «Batkivchina».
 Le montant était d'environ 20 millions de dollars par semaine.  En outre, ces fonds ont été alloués pour soutenir "euromaidan" (fonctionnement du système de support de vie, corruption dont celle de certains fonctionnaires, la justice, les moyens de paiement, le coût de la campagne, etc ), ainsi que les paiements quotidiens des militants actifs.

De leur côté, les dirigeants de l'opposition et des groupes de militants ont reçu de l'argent en liquide sur leurs comptes bancaires personnels. Il existe une structure américaine d'assistance aux leaders d'extrême droite en cas de nécessité d'évacuation d'urgence du territoire ukrainien en cas d'échec de la révolution, offrant un hébergement et des installations dans n'importe quel pays européen de leur choix. On notera qu'un "héros" d'automaidan est déjà là-bas ou l'extrême droite locale lui a d'ailleurs préparé une fête dès son arrivée et un 2ème sur le point d'y aller..

Magnifiquement arrangé, s'ils avaient su rester discret. Il semble en effet que les diplomates américains à Kiev se donnent d'abord l'objectif de prendre d'assaut les bâtiments eux-mêmes, puis qu'il faille les garder, et finalement,eux-mêmes les font libérer, avec les applaudissements d'un gouvernement reconnaissant, et c'est aux habitants de Kiev de jeterleur chapeau dans les airs d'enthousiasme. Voilà seulement en amateurs qu'ils sont, le MAIS est devenu géant et maintenant l'enquête des services secrets ukrainiens aboutira à l'implication américaine dans les émeutes sans le moindre doute et ils le savent.

Ainsi il est normal qu'ils aient demandé à Klitchko, certainement lors de la rencontre John Kerry-opposition à Munich,[3] de faire cette sortie absurde lisant un manifeste [4] prononçant l'illégitimité du président Ianoukovitch, le destituant et nommant Klitchko président par intérim en attendant le 4 mars qu'une assemblée constituante soit nommée etc,etc. Du grand délire de putchiste au bord de l'explosion.

Ils n'ont plus le choix, après la prise des serveurs de Batkivchina [5] qui a permis d'engager leur responsabilité dans des actes prémédités d'émeutes pour le pays, ou leurs relations avec le faux policier, Andrei Dubovik pour discréditer le travail des berkut. Après l'implication également de l'Udar dans les prises de bâtiments ou ses liens avec le terroriste Sergey Ivanchenko entre autre, ils n'ont plus le temps et sont donc capable de tout. Ainsi après la énième fausse victime du gouvernement, Alexander Boulatov, ils ont laissé à Iatseniuk le fait d'annoncer un plan d'aide occidental pour l'Ukraine et à Klitchko de se déclarer nouveau président par interim.

L'excès de stupidité de l'occident montre à quel point ils sont proches de la rupture. S'ils essaient de mettre en œuvre ce putch qui a peu de chance de fonctionner puisque entre autre l'armée soutient le président [6], alors ce que le pouvoir a tenté d'éviter depuis 2 mois, c'est-à-dire la totale désorganisation du pays, risque vraiment d'arriver car ce sera en toute légitimité que l'est et le sud du pays n'accepteront pas le putch et l'on se conduira alors soit vers un scénario long de souffrance soit plus vraisemblablement vers la scission pur et simple du pays, plusieurs régions de l'est ayant déjà fait savoir qu'elles ne se considéreraient certainement plus comme faisant partie de l'Ukraine si le président était destitué comme ici la Crimée[7]. Mais une chose est certaine comme souvent répété depuis début décembre, et même les sondages maintenant commencent à le montrer[8], plus le temps passe et plus l'opposition se discrédite elle-même, et plus elle devra tenter l'impossible. les Ukrainiens veulent surtout et avant tout la stabilité et la paix, et ne pas voir perdurer ou s'amplifier ce qui se passe à Rovno par exemple aux institutions régionales [A VOIR] !


Gigi Houille

[0]http://www.infowars.com/soros-activists-take-over-ukrainian-government-buildings/
[1]http://ruskline.ru/opp/2014/01/30/allo_tim_dzheffri_pozovi_amerikancy_v_kieve_spalilis/
[2]http://ura-inform.com/ru/politics/2014/02/02/lider-spilnoyi-spravi-poluchil-ot-ssha-200-tysjach-za-uspeshnye-zakhvaty
[V] http://www.youtube.com/watch?v=h0dT4crrQGY
[3]http://www.romandie.com/news/n/_Ukraine_Kerry_rencontre_samedi_les_dirigeants_de_l_opposition_a_Munich49310120140516.asp
[4]http://politikus.ru/events/12130-klichko-obyavili-prezidentom-ukrainy.html
[5] http://fr.ria.ru/world/20140201/200363388.html
[6] http://fr.ria.ru/world/20140201/200365361.html
[7]http://amurburg.ru/news/politics/krym_vykhodit_iz_sostava_ukrainy/
[8]http://www.socis.kiev.ua/ua/press/dani-zahalnoukrajinskoho-sotsiolohichnoho-doslidzhennja-monitorynhu-ukrajina-i-ukrajintsi.html
[A VOIR] http://rutube.ru/video/4fafc179903ea6542d542b60c068fb76/


dimanche 2 février 2014

ces héros de l'euromaidan 2 les hommes en rouge

Ces héros de l'euromaidan 2:
 les hommes en rouge


I Situation

On nous parle maintenant de groupes nationalistes dans les "manifestations" de Kiev comme s'ils venaient de se réveiller ou s'ils étaient en vacances depuis le début des événements. En réalité ils ont toujours été là comme en témoigne la capture d'écran ci-dessous d'une vidéo du 30 novembre en place Maidan. La réelle différence est que ces groupes nationalistes ont commencer à attaquer  les conseils régionaux pour y prendre le pouvoir. Il le fallait pour faire avancer la cause, car la situation ne dégénérait pas suffisamment à Kiev devant le professionnalisme des policiers, et l'opposition devait avoir plus d'arme en main pour négocier avec le pouvoir. La prise de Rovno a notamment été commandé par notre déjà connu Sachka le blanc. Ainsi ils obligeaient les gouverneurs de région a démissionné s'ils ne prenaient pas fait et cause en leur faveur. Il ont donc réussi à prendre 11 instances régionales et à en garder 9 encore aujourd'hui presque toutes à l'ouest du pays sauf Poltava. Rappelons que l'Ukraine compte 25 régions.
Secteur droit présent à l'euromaidan, ici le 30.11.13
Évidemment les médias ukrainiens, pour la plupart comme ceux français, ont bien montré la version  accommodante à l'oligarchie, c'est-à-dire qu'il s'agit selon eux bel et bien d'une révolution  spontanée du peuple qui en a marre du gouvernement corrompu. Vous risquez d'entendre cette version encore très souvent puisque, le putch ayant raté, les partis d'oppositions ayant aussi raté à fédérer le mal populaire à leur cause, l'idée européenne ne prend plus non plus et les médias ont déjà arrêté de la propager, en se vantant d'ailleurs de faire de la réinformation contre la désinformation qu'ils avaient eux même répandue. Maintenant ici libération admet leur présence en tant que groupuscule ou ici le figaro...L'excuse est facile, maintenant qu'il y a des organisations d'extrême droite dans les manifestations, on ne veut pas les cautionner.... ah oui et aux premiers jours de manifestations, il n'y avait pas d'organisation d'extrême droite ni d'activistes violents ? Il faut donc une vidéo rappel que l'on va utiliser pour expliquer aussi autre chose mais qui témoigne et de la présence d'individu très violents dès le mois de novembre et de la présence de "secteur droit".


On va juste en profiter pour expliquer une des techniques que l'on apprend grâce aux superbes fiches créée pour retourner des gouvernement non favorables à certains intérêts en particulier, merci Otpor, et qui font toujours fureur dans des pays ou on feint des révolutions populaires pacifiques.
La pelleteuse est déjà un des plus mémorable moment, devenu symbole, de la révolution en Serbie, on a remarqué tout de suite la similitude en Ukraine:
On peut voir aussi que les élèves se sont bien rappelés de la tenue préconisée pour des "révolutions non violentes", peut-être la batte en plus, la bombe de peinture en moins (mais a quoi bon la peinture quand on a la lacrymo?):
Mais surtout on peut voir dans la vidéo ci -dessus la technique conseillée dans la publication aux feuillets 15 à 18 de l'édition égyptienne (traduite ici en anglais) pour attaquer et transpercer les cordons de policiers avec entre autre, des allers retours entre les lignes après avoir été actif reculer de 2 lignes, protéger son voisin, tirer sur les accessoires des policiers, pour ceux de derrière, relancer les grenades vers les policiers plutôt que de courir.
A gauche tract vu place Tahir à droite tract vu à Kiev, les points sombres sont le cordon de policiers les blancs les manifestants
On a même vu un perfectionnement de la technique dans la vidéo ci-dessus à partir de 2m28 pendant une dizaine de secondes. On distingue un mouvement de rotation de la foule de manifestants face aux forces de l'ordre, on change les premières lignes pour y mettre du sang neuf face à des policiers qui eux se fatiguent.


II Les invitations

Les leader de Automaidan dans leur "simple voiture".
Ainsi la fausse révolution s'enlise dans la capitale, les mouvements nationalistes doivent œuvrer pour remettre la pression sur le gouvernement et favoriser les partis de l'opposition. Il va falloir mobiliser des troupes, et pour cela on a utilisé aussi Automaidan. Cela permet de transporter des troupes d'une ville à l'autre. Et pour avoir plus de chance de prendre les institutions régionales il faut un maximum de personnes et des personnes adéquates.
coffre du véhicule de Ivanchenko
 C'est là ou interviennent les réseaux et notamment Sergei Ivanchenko. En effet les autorités l'ont interpellé le 27 janvier dernier, dans des conditions qui méritent également un article. Ils ont trouver un sms dans le téléphone portable de ce terroriste connu invitant ses amis à se rendre le lendemain à Dniepropetrovsk pour une "manifestation pacifique" avec 600 Grivnia à la clé (l'équivalent de 60€). Il restait d'ailleurs 80 bombes incendiaires dans la voiture lors de son arrestation. L'information est donnée par le député du peuple Oleg Tsarëv sur les réseaux sociaux. Dans le point suivant de l'article nous verrons deux extraits vidéos tirés de la "manifestation pacifique" de Dniepropetrovsk à laquelle il "invitait" ses amis. Gageons que parmi la "foule" certains de ses amis ont réussi à trouver le temps pour participer à cette sortie dominicale.



III Les hommes en rouge

Revenons maintenant à l'objet de cet article dont le titre énigmatique a pu interpeller, "les hommes en rouge". On a pu en effet noter dans chacune des prises ou des tentatives de prises de bâtiments administratifs et des confrontations avec la police la présence d'hommes en rouge. Beaucoup de questions sur ce point commun à chaque attaque de bâtiment public alors il a fallu analyser leur rôle et voici quelques caractéristiques notables:
Aide médicale en tenue et en action

- On pourra commencer par trouver étrange de s'habiller en rouge pour aller à une manifestation lorsque la majorité sont en vêtements sombres ou terne pour ne pas spécialement se faire remarquer et justement au contraire se fondre dans la masse. On pourra aussi penser que le choix de cette couleur voyante et non une autre a pu être influencer par la tenue des ambulanciers, afin de rajouter en confusion dans le chaos ambiant.

- On va s'apercevoir sur les images que le vêtement rouge est tout à fait volontaire et que de se faire remarquer par les forces de l'ordre n'est pas préjudiciable pour ces "hommes en rouge". Non préjudiciables pour une très bonne raison. Ils sont incroyablement statiques, en tout cas avec leurs bras, le plus souvent les mains dans les poches. Ils ne lancent jamais un projectile, ou ne tirent jamais sur les accessoires des forces de l'ordre.
- On pourra alors se demander pourquoi se trouver au milieu de "chahuteurs" en restant immobile et avec les mains dans les poches, il faut donc conclure que leur action n'est pas physique, qu'ils œuvrent principalement par la voix, qu'ils analysent les situations et donnent les consignes.
- On verra aussi qu'ils tournent souvent la tête se retrouvant par moment même dans le sens contraire de la manifestation. Dans les faits, outre se rendre compte de la situation, ils se cherchent et se situent les uns des autres afin de ne pas laisser trop de personnes sans ordre, ni être deux hommes en rouge dans une même aire.

Il y a sans nul doute bien d'autres raisons, d'autres situations ou l’attitude des hommes en rouge serait notable mais je crois que les éléments ici présents sont déjà suffisants pour éclipser le moindre doute quant à leur implication et leur rôle dans les événements.



IV La preuve par l'image le cas de Dniepropetrovsk

Voici donc deux courtes vidéos ou l'action de ces hommes en rouge est bien évidente et parce que c'est en journée et parce que le champs est large, il n'y a aucun doute sur leur action. Il s'agit de la tentative de prise des institutions régionales de (Dniepropetrovsk/centre-est) par les "révolutionnaires":

Dans cette première vidéo:
Vous pourrez voir dès le début (faire pause), un homme en rouge dire aux manifestants de ne pas aller plus loin et les manifestants l'écoute. Puis lorsque les caméras et les policiers arrivent, il se cache rapidement parmi les manifestants. Il leur rappelle dans la foulée, à l'arrivée des policiers, qu'il faut lever les bras en signe de non violence. Cette action n'est pas immédiatement flagrante, elle le sera plus au deuxième rappel à la seconde 46-47 il le dit à l'homme devant lui en gris qui tourne légèrement la tête, ce dernier le répètera aux autres qui suivront tous l'ordre.
La deuxième séquence de cette vidéo montre un front plus large, les manifestants ayant fait reculer les forces de l'ordre. On notera des hommes en rouges bien répartis le long du front. A 2m38, il se passe quelques chose à droite de l'écran, on croit deviner que les manifestants ont pris deux policiers, et l'homme en rouge de maitriser leurs ardeurs. A 3m15, sur la gauche, un homme en rouge donne des consignes à moins qu'il ne soit adepte d'une drôle de danse issue d'un mélange entre une tradition sioux et un reste de fête techno en pleine manifestation.



Dans la deuxième vidéo:
D'abord on peut noter le bruit des pains de glace lorsqu'ils atterrissement sur les boucliers de la police. C'est le moment de rappeler le sms de notre ami terroriste Ivanchenko du point II de cet article, l'appel à une manifestation "non-violente". Les hommes en rouge sont là, sans leur capuche (z'ont eu chaud), et une femme qui s'est trompée de vêtement peut embrouiller le téléspectateur. Ne pas y prêter attention.
Puis on voit bien un homme en rouge qui a enlevé la capuche et au bonnet noir-blanc-noir, à 1m13 à droite de l'écran, cherchant la position stratégique et opérant une translation puis on le voit beaucoup mieux de 1m24 à 1m32 les mains dans les poches, regardant presque comme un curieux de passage mais en réalité en sachant pertinemment à quoi faire attention et comment réagir selon la situation.
Le bouquet final de la démonstration arrive à partir de 2m00 avec un changement de ligne de la part des policiers qui obligent les manifestants à se reformer, on voit tout de suites les Hommes en rouge prendre l'initiative, venir devant les lignes et demander aux manifestants  un trêve le temps de se reformer, secondé dans leur ordre par des manifestants.
Video2:


Pour la petite histoire, la prise de Dniepropetrovsk a échoué, les policiers étant secondé par des "citoyens" que l'opposition accuse d'être des milices rémunérées par le gouvernement. Ces "titouchkis", comme se plaisent à les appeler les médias, sont en tous les cas moins pacifiques que les policiers aux abords des centres administratifs régionaux mais aussi capables d'actions pacifiques comme ici bloquer les automaidan - vous l'ont pas dit ça les médias menteurs ? Quelle surprise.


V Moins d'hommes en rouge à Kiev

On peut se demander pourquoi il faut autant d'hommes en rouge  en régions alors qu'à Kiev, ils sont beaucoup moins nombreux. En réalité, on a vu à Kiev des unités de 15-20 personnes s'entrainer ensemble à "résister" aux policiers, à frapper de concert ou même à se déplacer de façon synchronisée. On pense tout de suite à des garnisons militaires.
On forme des groupes, puis leur donne 
bouclier et casque dans un parc
près de Maidan
Pour montrer pourquoi à Kiev l'homme en rouge est moins nécessaire qu'en région même s'il y est présent:
On apprend aux groupes à
se déplacer ensemble 
Dans la vidéo ci dessous,  un journaliste pas aussi "indépendant" que les autres fait le tour des barricades de la rue Grushevskogo au matin, lorsque peu de personnes sont présentes. On voit à 2m30, le positionnement militaire d'un premier groupe qui monte la garde sur la barricade et qui reçoit du ravitaillement à ce moment là et en bas de la barricade, deux cohortes en alerte au cas ou. Mais je voulais surtout mettre l'accent sur les groupes que le journaliste croise et qui se rendent au front le matin au réveil. Un premier groupe à 7m50, un autre rapidement à 8m21 ou on a même l'impression que les vestes ont été fournies à qui n'en avait pas mais celui de 8m43 est assez fantastique de vérité, ce n'est rien d'autre qu'une cohorte romaine travaillant en équipe et marchant au pas, viennent-ils à peinen d'être accessoirisés ? La vidéo de conclusion plus bas, comme un peu ces photos, montrera qu'ils ont des instructeurs. Ainsi un nombre bien inférieur d'homme en rouge est nécessaire à Kiev, d'autant qu'on est pas au même stade de "non-violence".





VI Partout en régions

Ici, à Vinitsa, à l'intérieur de l'administration régionale, on voit un de ses hommes en rouge dès la seconde 13 à droite de l'écran, et comme tous les autres hommes en rouge, il regarde devant, derrière, peut-être aussi son téléphone, mais n'est pas actif physiquement, il réapparait plus tard derrière le poteau. Dans la 2ème partie de la vidéo, on voit un 2ème homme en rouge sur la gauche à partir de la seconde 48, les manifestants sont ainsi bien encadrés:






VII Conclusion

Les "révolutionnaires" sont soumis à un problème de taille. En effet, délocaliser le combat engendre un problème de nombre lorsqu'on ne représente qu'une extrême minorité dans la population, il faut donc amener des personnes rémunérées et surtout des coordinateurs aguerris pour que l'entreprise ait plus de chance de réussir. Ainsi on comprends mieux toute la nécessité de la présence de ses "hommes en rouge" sur le terrain régional. Et on peut alors tout imaginer sur leur profil, car avoir le pouvoir, la taille et le financement pour fournir une telle somme "d'homme en rouge" à travers presque tout le pays n'est pas donner à tout le monde. Il ne serait pas surprenant d'avoir à faire à des instructeurs de l'Otan, ou à des mercenaires internationaux, peut-être aussi du personnel spécialement formé lors de séminaires d'Otpor par exemple. Alexandre Maric, formateur à Otpor déclarait lui-même avoir acquis "des connaissances théoriques, à travers divers séminaires organisés par des ONG internationales - International Republican Institute (IRI), National Democratic Institute (NDI) ou Fondation Friedrich Eber" puis s'être "mis au service de la fondation Ukraine-États-Unis (USUF)" et avoir "à nouveau travaillé pour Freedom House".
Tout ceci prouve donc si encore il en était besoin que :
- les manifestations ne sont pas conquises par les "groupusculaires extrêmes droite" comme nous le font croire nos médias menteurs.
- que ces groupes d'extrêmes droites étaient là depuis le début comme le montre la première image de l'article et ne sont pas arrivés à la mi-janvier.
- que rien dans la crise ukrainienne n'est populaire ou spontanée.
- qu"à chaque action des "révolutionnaires" des citoyens font une contre action non médiatisés celle-là.
- et donc que tous ces événements sont gérer à un niveau bien plus large par des groupes préparés qui ont le pouvoir, la taille et le financement de fournir les coordinateurs formés en grand nombre et dans tout le pays.

Ainsi cette crise n'est pas soutenue par la population qui, certes est divisée, mais ne demande pas de coup d’État. Au contraire même, à la vue des témoignages que j'ai eu en direct, une grande partie de la population est effrayée et n'attend qu'une seule chose... Que les autorités rétablissent l'ordre.


VII Conclusion vidéo

4 minutes pour finir de se convaincre:


Un florilège de capture d'écran de différentes régions en Ukraine avec ces "Hommes en rouge":
Le coordinateur  au milieu de sa cohorte

Ici tous les coordinateurs  demandent simultanément une trêve, visible sur la vidéo 2 à partir de 2m00

l'homme en rouge ne participe pas physiquement

Dans un conseil régional, la main devant la bouche pour orienter sa voix.

Ivano-Franqivsk: répartition des hommes en rouge

Odessa

Tchernovtsi

Zaporoje

Kiev


source

Gigi Houille